Un canadien de Montluçon

0
306

Jean-Daniel Lafond

Cinéaste, essayiste, philosophe franco-québécois. 

 

GG2010-0060-004 February 12, 2010 Vancouver, British Columbia, Canada Their Excellencies the Right Honourable Michaëlle Jean, Governor General and commander-in-chief of Canada, Mr. Jean-Daniel Lafond and Marie-Éden attended the 2010 Olympic winter Games Opening Ceremony in BC Place Stadium, Vancouver, on February 12, 2010. Their Excellencies attended the XXI Olympic Winter Games in Vancouver and Whistler, British Columbia, from February 9 to 15, 2010. v2010 vancouver 2010 Credit: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall, OSGG

 

Cinéaste, essayiste, co-président, chercheur, philosophe, président de jury, vos casquettes sont nombreuses. Comment vous définiriez-vous ?

J’ai été à l’origine professeur de philosophie, d’abord en France puis à Montréal. C’est la philosophie qui m’a amené au cinéma, doublé du théâtre car c’était déjà quelque chose de présent dans ma vie. Mais j’ai vu dans le cinéma mon bâton de philosophe. Avec le cinéma je suis devenu philosophe, avant jusqu’à 28 ans j’étais un universitaire auquel il manquait quelque chose.

Après 35 ans de cinéma, si je regarde mon passé, je me rends compte que cela m’a fait philosophe, c’est mon système, une façon de regarder le monde, et de me construire dans ce monde la, en utilisant un cinéma particulier. J’ai aussi fait beaucoup de radio chez France culture en étant sur les deux continents. Tout cela m’a aussi permis d’être Chef d’Etat du Canada pendant six ans avec ma femme car c’est un statut à deux à la différence de la France qui n’a pas l’air de considérer les conjoints. J’ai d’ailleurs réalisé un documentaire intitulé « Un film avec toi », il s’agit d’un portrait intime sur ma femme et son mandat. C’est une expérience qui malgré tout, n’a pas nui au cinéma, cela m’a empêché de faire des films pendant ce temps c’est sur, mais j’ai repris après en portant un regard sur ces six dernières années.

Toutes ces expériences sont pour moi aujourd’hui d’une richesse extrême, et être Chef d’Etat sans être candidat c’est encore mieux.

 

Il me semble que vous êtes originaire de l’Allier…

Je suis né à la fin de la guerre, je suis de la génération de l’après-guerre où on naissait pas nécessairement où nous devions naitre. Je n’avais pas d’attaches à Montluçon ni à Desertines ou je suis née, si ce n’est mes parents. La famille était bourbonnaise et un peu du Berry, qui fait que je suis née officiellement à Desertines, où j’ai grandis et passé le bac. Chose étonnante, mon premier poste de professeur a été à Montluçon alors que j’avais demandé le sud de la France. J’ai fait 67-68 là-bas. J’aime beaucoup revenir à Montluçon car il y a des gens que j’aime dans cette ville.

 

Pourquoi avoir accepté d’être présent pendant ces quelques jours à Vichy, dans votre département d’origine?

Je ne connais pas particulièrement ce que signifie jeune reporter, pour moi faire du cinéma c’est faire du cinéma, je ne suis pas journaliste. Mais en même temps je suis proche de ce que l’on peut appeler travail journalistique par le fait même que pour moi faire un film c’est toujours essayer d’apprendre à comprendre. C’est un point commun entre mon cinéma et le journalisme. Cela m’intéressait de rencontrer des jeunes et de voir à quel point ils prennent le métier qu’ils ont choisi à cœur, et voir comment ils font évoluer ce dernier.

C’était plutôt un intérêt de découverte et de transmission. Discuter, échanger des choses, voir où nous en sommes dans la pensée critique, dans la jeunesse, que peut-elle apporter ? Quand je regardais les films en compétition, je n’étais pas pessimiste en sortant, ce qui est bon est bon. Je suis rassuré.

 

Vous considérez-vous comme expatrié ou immigré au Québec ?

Ni l’un ni l’autre, je suis canadien de statut, je me sens largement partie prenante du Québec où je suis engagé et sur l’ensemble du Canada. Je me sens profondément canadien québécois et c’est très clair. Je me suis battu pour le respect de l’identité et je crois profondément à la justesse du combat.

 

Crédit photo : www.michaellejean.ca

AUCUN COMMENTAIRE