Un homme aux projets participatifs

0
228

2906367Christophe Bedrossian

Salarié et à l’initiative de Télé Régain.

 

Pourquoi avoir accepté de participer au forum journalisme et société ?

J’ai été contacté par Jean-Claude Mayral l’année dernière. C’est la deuxième fois que je participe. C’est une expérience qui m’avait bien plu et cette année c’est avec le même enthousiasme que je suis revenu.

J’ai été surpris par l’authenticité des propositions des jeunes.

 

Pensez-vous que les jeunes ont une vision différente du métier et des façons de faire ?

Ils ont une maitrise des outils beaucoup plus vive que pourrait avoir une personne de ma génération. Mais ce n’est pas l’outil qui va faire la culture, et par contre je pense qu’il y a toujours besoin de se cultiver. L’outil ce n’est qu’un moyen, ce n’est pas une fin.

 

Pourquoi vous intéressez-vous à la francophonie ?

Pour l’instant je n’ai pas vraiment de travail ou de démarches par rapport à la francophonie. J’aimerais bien amener des projets dans les territoires du cantal ou de Haute-Loire, notamment autour de la web télé. Mettre en place des projets avec des dimensions francophones.

 

Vous avez créé TV Regain, une télévision locale et participative. Comment se passe le travail avec les habitants ?

La ligne éditoriale de la chaine est plutôt tournée vers les initiatives locales, des choses que l’on ne montre pas trop dans les médias traditionnels. On donne la parole à des gens qui n’ont pas forcément l’habitude la prendre.

Nous nous proposons de donner l’outil et d’accompagner les sujets. On se voit, on essaye d’aborder le sujet ensemble, voir ce dont nous avons besoin, des images ou des interviews. Une fois que nous avons le storyboard, on tourne, soit je finis et je m’occupe du montage soit ce sont les personnes qui souhaitent participer eux aussi au montage.

 

Est-ce que beaucoup d’habitants veulent participer ?

On avait trois permanences l’année dernière, cette année nous n’en avons plus qu’une. Mais nous avons un autre projet de télé participative à Murat. On essaye de mobiliser une équipe de jeune d’un lycée professionnel pour venir aider les membres d’un club photo. On est vraiment au tout début du projet.

 

Crédit photo : www.lamontagne.fr

AUCUN COMMENTAIRE